Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Ajouter un commentaire

Tu n’as aucun tort. Mes aïeux
Ont du aimer ces basiliques
Où parmi l’or des mosaïques
Brillent des cailloux durs et bleus.
– Tu n’es pas, face pathétique,
Responsable d’avoir tes yeux !
– Et ce regard qui semble inique
À mon coeur, dans ses lourds moments,
Je le sens malgré mon tourment,
Tu le portes innocemment…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Laisser une réponse