Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

1 Commentaire

Quand mon esprit fringant, et pourtant aux abois,
A tout le jour souffert de sa force prodigue,
L’heure lasse du soir vient m’imposer son poids;
Merci pour la fatigue!

Peut-être que la peur, l’orgueil, l’ambition
Peuvent, par leur angoisse aride et hors d’haleine,
Recouvrir un instant ma triste passion;
Merci pour l’autre peine!

Rétrécissant sur toi le confus infini,
Je ne situais plus que ton coeur dans l’espace;
Le sombre oubli des nuits te rend ta juste place;
Le sommeil soit béni!

Parfois, abandonnée à ma hantise unique,
J’ignore que le corps a ses humbles malheurs,
Mais la souffrance alors m’aborde, ample et tragique;
Merci pour la douleur!

N’octroyant plus au temps ses bornes reposantes,
Tant le désir rêveur m’offre ses océans,
Tu me désapprenais la mort; elle est présente;
Merci pour le néant…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Une réponse à “Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles”

  1. Kamloops Family Lawyers

    We are following your website posts. Please keep on posting and sharing great ideas.

    Kamloops Family Lawyers

    Répondre

Laisser une réponse