Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Ajouter un commentaire

Lorsque l’on n’aime pas, l’on devine, l’on sait
Les mérites d’un autre coeur,
L’on juge exactement, et, si l’on haïssait,
L’on rendrait encor quelque honneur.

Mais l’amour, recherchant l’extrême ressemblance,
Ne peut jamais se satisfaire,
Il tient en vacillant la secrète balance
Où se nuit un double mystère…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Laisser une réponse