Les deux Mulets – Jean de La Fontaine

2 Commentaires

Deux mulets cheminaient, l’un d’avoine chargé,

L’autre portant l’argent de la gabelle.
Celui-ci, glorieux d’une charge si belle,
N’eût voulu pour beaucoup en être soulagé.

Il marchait d’un pas relevé,

Et faisait sonner sa sonnette :
Quand l’ennemi se présentant,
Comme il en voulait à l’argent,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
Le saisit au frein et l’arrête.
Le mulet, en se défendant,
Se sent percer de coups ; il gémit, il soupire.
" Est-ce donc là, dit-il, ce qu’on
m’avait promis ?

Ce mulet qui me suit du danger se retire ;
Et moi j’y tombe, et je péris !
– Ami, lui dit son camarade,
Il n’est pas toujours bon d’avoir un haut emploi :
Si tu n’avais servi qu’un meunier, comme moi,
Tu ne serais pas si malade. "

Les deux Mulets
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine

2 réponses à “Les deux Mulets – Jean de La Fontaine”

  1. dicocitations

    Deux mulets chargés chacun d'un pesant fardeau marchaient ensemble dans un même chemin. L'un portait des sacs d'argent, l'autre d'orge. […] Celui donc qui avait été volé déplorant son malheur, l'autre lui dit :
    – Certes je me réjouis du mépris qu'on a fait de moi, puisque je n'ai rien perdu, et que je n'ai pas été blessé.

    Répondre
  2. dicocitations

    Commentaires et observations diverses de MNS Guillon sur les fables de La Fontaine… – 1803.
    Début simple, expression correcte, images vives et pittoresques, L'argent de la Gabelle, impôt sur le sel remontant jusqu'au règne de Philippe de Valois, peut-être même jusqu'à celui de Philippe Long. La clameur publique en sollicitoit la suppression enfin consentie par Louis XVI. — D'un pas relevé. C'étoit bien là le therme propre, le seul convenable à la marche étudiée du glorieux Mulet.
    Champfort substitue, d'un pas dégagé : ces expressions ne resemblent ni pour l'harmonie, ni pour la justesse. — Et foisant sonner sa sonnette. Le poète français avoit à lutter contre l'harmonie imitative de ce vers de Phèdre: k
    Clarumque jactans tutinnabulum. Sur le Mulet du fisc, ou trésor public. — Et moi j'y tombe et j'y péris. D'autres leçons portent : je péris. — En riant de la sotte. jactance de l'animal, on s'attendrit sur sa catastrophe ; il interesse encore par son courage à se défendre. C'est dans ce style moitié grave et moitié badin , que Marot rappelle la tragique aventure de Semblannçay, dans son Elégie sur la mort de ce riche infortuné. (Oeuvr. T. I. page 85. )
    Et c'est-là une des sources de cette naïveté fine et piquante, le vrai caractère de son esprit, que notre fabuliste tenoit et de la nature et de l'imitation des anciens.

    Répondre

Laisser une réponse