Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

1 Commentaire

Ceux qui, hors du rêve et des transes
Par quoi le souffle est empêché,
Goûtent d’heureuses impudences,
Semblent par le sort protégés.
Nul dieu jaloux n’est attaché
A punir leur insouciance,

– Et peut-être que la souffrance
Est l’unique et sombre péché.

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Une réponse à “Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles”

  1. Windsor Dentists

    Your web page is great. I visited your website today and found it very interesting and well done. I can tell you have put a lot of work into it.

    Windsor Dentists

    Répondre

Laisser une réponse