Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Ajouter un commentaire

Ah! j’avais bien raison de craindre

Le mol printemps et sa douceur !

Le beau soir tiède a ta tiédeur.

Tout est humain, tout semble peindre,

Par l’azur, le rêve, l’odeur,

Ta personne.

Dans le silence

Envahissant, mouvementé,

De ce soir proche de l’été,

C’est ta grâce qui se balance.

Et le vent chaud sur le chemin

Ô désir! mémoire ! espérance !

À la vive et secrète aisance

Des belles veines de tes mains

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Laisser une réponse