Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Moi-même j’ai pensé parfois
Que la flamme de mon esprit
Magnifiait ton coeur surpris;
Mais non; le trésor est en toi.

Et ce que j’imagine n’est,
(Si fort que soit mon tendre élan
Quand les jours sont trop durs, trop lents,)
Qu’égal à ce que je connais…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Leave a Reply