Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Ami parmi tous les amis,
De quoi voudrions-nous nous plaindre ?
Aucun destin n’est compromis
Si l’amitié n’a pu s’éteindre.

Tu penses que seuls les amants,
Par la hâte et par les délices,
Ignorent le dolent supplice
De l’immense désoeuvrement;

Crois-tu que les corps et les bouches
Rendent le bonheur plus entier ?
La passion, dès qu’on y touche
Et qu’on l’observe, fait pitié !

– Accepte d’un coeur moins farouche
La tristesse de l’amitié…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Leave a Reply