Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

1 Commentaire

Dans les ténèbres de Vérone
On entend mourir Juliette.
À Venise, – ardente, inquiète,
On voit suffoquer Desdémone.

Envions le cœur qui s’arrête
Quand un excès d’amour l’étonne
Le plaisir n’est que ce qu’on prête,
Mais la vie est ce que l’on donne…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Une réponse à “Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles”

  1. Lawyer Lethbridge

    Posts are all wonderful. Thank you for putting a lot of work into it.

    Lawyer Lethbridge

    Répondre

Laisser une réponse