Sans fleurs à votre front – Renée Vivien


Vous n’avez point voulu m’écouter mais qu’importe ?

O vous dont le courroux vertueux s’échauffa

Lorsque j’osai venir frapper à votre porte,

Vous ne cueillerez point les roses de Psappha.

Vous ne verrez jamais les jardins et les berges

Où résonna l’accord puissant de son paktis,

Et vous n’entendrez point le chœur sacré des vierges,

Ni l’hymne d’Eranna ni le sanglot d’Atthis.

Quant à moi, j’ai chanté Nul écho ne s’éveille

Dans vos maisons aux murs chaudement endormis.

Je m’en vais sans colère et sans haine, pareille

À ceux-là qui n’ont point de parents ni d’amis,

Je ne suis point de ceux que la foule renomme,

Mais de ceux qu’elle hait Car j’osai concevoir

Qu’une vierge amoureuse est plus belle qu’un homme,

Et j’ai cherché des yeux de femme au fond du soir.

O mes chants ! nous n’aurons ni honte ni tristesse

De voir nous mépriser ceux que nous méprisons

Et ce n’est plus à la foule que je m’adresse

Je n’ai jamais compris les lois ni les raisons

Allons-nous-en, mes chants dédaignés et moi-même

Que nous importent ceux qui n’ont point écouté ?

Allons vers le silence et vers l’ombre que j’aime,

Et que l’oubli nous garde en son éternité

Sans fleurs à votre front
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien



Leave a Reply