Le jardin matinal – Renée Vivien


Viens, les heures d’amour dont furtives et rares…

Le jardin matinal est plein d’oiseaux bizarres.

Chère, je te convoie à ce royal festin.

Je ne veux pas jouir seule de ce matin.

L’aube heurte le ciel comme une porte close.

Viens boire la rosée au cœur blond de la rose.

Bois la rosée ainsi qu’une fraîche liqueur.

Mon cœur est une rose et je t’offre mon cœur…

L’aube a des tons de nacre et des reflets de perle.

La joie est simple et rien n’est aussi beau qu’un merle.

Savourons cette ardeur un peu triste et pleurons

De sentir la clarté première sur nos fronts.

Viens, ma très chère… A l’est le ciel fardé chatoie,

L’herbe est douce aux pieds nus comme un tapis de soie…

Sans nous préoccuper de l’hostile destin,

Rendons grâces au ciel clément pour ce matin.

Le jardin matinal
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien



Leave a Reply