La Mort et le malheureux – Jean de La Fontaine 1


Un malheureux appelait tous les jours
La Mort à son secours.
" O mort, lui disait-il, que tu me sembles belle !
Viens vite, viens finir ma fortune cruelle. ! "
La Mort crut, en venant, l’obliger en effet.

Elle frappe à sa porte, elle entre, elle se montre.
" Que vois-je ? cria-t-il, : ôtez-moi cet objet ;
Qu’il est hideux ! que sa rencontre
Me cause d’horreur et d’effroi !

N’approche pas, ô Mort ; ô Mort, retire-toi. "

Mécénas fut un galant homme ;
Il a dit quelque part : " Qu’on me rende impotent,
Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu’en somme

Je vive, c’est assez, je suis plus que content. "
Ne viens jamais, ô Mort ; on t’en dit tout autant.

La Mort et le malheureux
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine



One comment on “La Mort et le malheureux – Jean de La Fontaine

  1. Reply dicocitations Oct 17, 2009 8:17

    Commentaires et observations diverses de MNS Guillon sur les fables de La Fontaine… – 1803.

    La mort est ordinairement représentée sous la forme d'un squelette décharné, armé d'une faux, symbole trop véritable des ravages qu'elle exerce sur tout ce qu'il y a sur la terre.
    (1) N' approche pas , ô Mort ! ô Mort , retire toi. Cette répétition n'est point oiseuse ; elle est le cri naturel de la prière, qui craint de n'avoir point été entendue une première fois.
    (2) Mécénas ou Mécene, illustre chevalier romain, dont les chants d'Horace et de Virgile ont immortalisé la mémoire. La pensée que La Fontaine cite de lui, se trouve, exprimée dans ces Vers que Sénèque nous a conservés :
    Debilem facito manu, Debilem pede, Coxâ ; Tuber adstrue gibberum ; Lubricos quate dentes; Vita dùm superest, beene est. Hanc mibi , vel acutâ Si sedeam cruce, sustine.
    En voici la traduction, aussi élégante que fidelle : rendez mes mains débiles, rendez mes pieds foibles et boiteux ; élevez une bosse sur mon dos, ébranlez toutes mes dents ; tout ira bien Tome I. d
    Si vous me laissez la vie. Conservez-la pour moi, même en me mettant en croix, (Sénèque, ép. 101, trad. de M. Lagrange? T. II p. 321 ). Mais le philosophe rappelle ce vœu de Mécene dans un, sens bien différent de celui du poète. « Que souhaiter, dit-il à un. pareil homme, sinon que les Dieux l'exaucent? O honte ineffaçable de ces vers efféminés ! Monument odieux de la crainte la plus folle ! Etoit-ce ainsi que Virgile mendioit la vie, lorsqu'il s'écrioit : est-ce donc un si grand, malheur que de mourir ? Usque adeone mori miserum est? (Eneid. L. XII. t. 646.) Qu'est-ce que vivre de cette manière ? (C'est mourir long-temps. " A qui appartient-il de prononcer entre Sénèqùe et La Fontaine ? A la nature et à l'expérience.
    M. de Champfort ne dit pas un mot de cette fable non plus que de la suivante. Pourquoi?
    ( Note de la Fontaine à la suite de cette fable ). Ce sujet a été traité d'une autre façon par Esope, comme la fable suivante le fera voir. Je composai celle-ci pour une raison qui me contrai-gnoit de rendre ainsi la chose générale ; mais quelqu'un me fit connoître que j'eusse beaucoup mieux fait de suivre mon original, et que je laissois passer un des plus beaux traits qui fût dans Esope. Cela m'obligea d'y avoir recours. Nous ne saurions aller plus loin que les anciens ; ils ne nous ont laissé pour notre part que la gloire de les bien suivre. Je joins toutefois ma fable à celle d'Esope ; non que la mienne le mérite, mais à cause du mot de Mécénas que j'y fais entrer, et qui est si beau et si à propos, que je n'ai pas cru le devoir omettre.

Leave a Reply