Le Coq et la Perle – Jean de La Fontaine 2


Un jour un coq détourna
Une perle, qu’il donna
Au beau premier lapidaire.
" Je la crois fine, dit-il ;
Mais le moindre grain de mil

Serait bien mieux mon affaire. "

Un ignorant hérita
D’un manuscrit, qu’il porta
Chez son voisin le libraire.

" Je crois, dit-il, qu’il est bon ;

Mais le moindre ducaton
Serait bien mieux mon affaire. "

Le Coq et la Perle
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine



2 thoughts on “Le Coq et la Perle – Jean de La Fontaine

  1. Reply dicocitations Oct 5, 2009 8:03

    La source de la première partie est Phèdre (IIL.I-F. 12). Le second sizain est de La Fontaine seul, presque symétrique au premier (sauf pour les rimes des vers 4 et 5); "Cette symétrie générale, rehaussée par cette discrète modulation produit un amusant effet d'écho" (J.P.Collinet, oeuvres complètes, la Pléiade)

  2. Reply dicocitations Oct 17, 2009 8:23

    Commentaires et observations diverses de MNS Guillon sur les fables de La Fontaine… – 1803.

    Cette fable est la genre de celles que l'on appelle composées , c'est-à-dire où la morale mise elle-même en action , présente un second apologue. On peut en voir on autre exemple dans Hagedorn, fabuliste allemand. Il fait d'un méchant poète qui accouche de ses productions, l'anti-type particulier de la montagne en travail.
    « Dieux ! secourez-nous, dit-il ; hommes ! fuyez ; une montagne enceinte va accoucher ; elle jettera autour d'elle , avant que l'on soit sur ses gardes, et sable, et terre et pierres.. . . Suffénus sue, fait grand bruit, il écume ; rien ne peut calmer sa noble fureur ; il frappe des pieds, il grince des dents. Pourquoi ? Il rime, il veut couvrir Homère de honte. Mais voyons : que résulte-t-il de part et d'autre?Suffénus fait un sonnet, et la montagne enfante une souris.
    (1) Au beau premier. Cette expression est encore quelquefois d'usage dans le style familier.
    Ces deux sujets peints des mêmes couleurs , réunis dans un même cadre,font un tableau piquant.

Leave a Reply