Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Quelque douleur que je ressente
Je serai juste. Tu prêtas
Ton image à mon âme ardente,
Mais c’est mon coeur qui te dota
Des richesses qui me tourmentent.

Et, sagement, tu as droit à
La solitude impertinente…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Leave a Reply