Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Le courage est ce qui remplace Ce que l’on désire, et parfois Si ferme et si haute est sa foi Qu’il s’enivre du vain espace. Semblable à la musique, il sait Envahir, leurrer, se répandre, Mais il n’est qu’un mortel essai Pour l’instinct véhément et tendre, Car, dans les choses de l’amour, Les seules exactes ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Tu n’as aucun tort. Mes aïeux Ont du aimer ces basiliques Où parmi l’or des mosaïques Brillent des cailloux durs et bleus. – Tu n’es pas, face pathétique, Responsable d’avoir tes yeux ! – Et ce regard qui semble inique À mon coeur, dans ses lourds moments, Je le sens malgré mon tourment, Tu le ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Lorsque l’on n’aime pas, l’on devine, l’on sait Les mérites d’un autre coeur, L’on juge exactement, et, si l’on haïssait, L’on rendrait encor quelque honneur. Mais l’amour, recherchant l’extrême ressemblance, Ne peut jamais se satisfaire, Il tient en vacillant la secrète balance Où se nuit un double mystère… Poème de l’amourPoèmes de Anna de Brancovan, ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Je ne veux pas souffrir du doute, Ni que tu m’épargnes, ni même Que, concevant combien je t’aime, Tu m’accompagnes sur ma route. Quels efforts pourraient comprimer Ton ennui, ton désir, tes voeux ? Si quelqu’un te plaît, va l’aimer ! Aborde ces yeux, ces cheveux, Dévaste ce nouveau visage, Goûte ce coeur riant ou ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

On m’a parlé ce soir des villes savoureuses Qui sur les mers du Sud rêvent indolemment, Répandant leur odeur de rose et de piment, Sans connaître leur prix, sans se savoir heureuses ! Tu ressembles souvent, dans ton charme attristé, À l’ignorant bonheur de ces rêveuses villes, Toi qui fais émaner la chaude volupté De ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Je ne puis jamais reposer Mon esprit, qui, de loin, contrôle Le souci qui vient t’épuiser, L’ennui qui pèse à ton épaule. Jamais je n’ignore un instant Que tu respires, parles, rêves; J’éprouve, triste combattant, La nécessité d’une trêve ! – Ah! j’aurais besoin que parfois, Dans une calme et longue aurore, L’univers m’apparût sans ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Amour, pourquoi toujours mêler ton nom divin À la mort sombre et négative ? Toi seul es évident, tout autre espoir est vain, Rien n’est rien, hormis ceux qui vivent. Toi seul poses l’empreinte allègre de tes pas Sur la cruelle et sourde terre. Tout est brutal et froid. – Toi seul es un mystère, ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Puisque le coeur même, et le temps, Et les chétives circonstances Peuvent altérer la constance, J’ai bien fait de t’aimer autant ! J’ai bien fait de graver mon âme Sur le joyau de ton regard, Pour qu’un jour toi-même réclames Contre les assauts du hasard, Pour que jamais plus tu n’oublies Cette chaîne des yeux ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Tout le ciel d’été me renvoie Ton image, dont la vapeur Monte incessamment de mon coeur. Ah! que tu sois aussi la proie De cette mortelle langueur ! – Se pourrait-il vraiment qu’on voie Faiblir celui qui nous fait peur ! – N’es-tu pas fatigué d’entendre, Homme prudent, sage, cruel, Monter de ce coeur, ivre ...

Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Éros – Les volets, les rideaux, les portes Ont protégé notre bonheur; Mais, ô mon amie, ô ma morte, Toi qui meurs, qui vis et remeurs, En ce moment où monte à peine Ta lasse respiration, Que fais-tu de ta passion ? Quel est ton plaisir ou ta peine ? Écho – Ne demande rien, ...