Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Peut-être que ton corps charmant, qui me tourmente
Par la grâce des mains, des lèvres et de l’oeil,
Établit en moi seule une saison démente
Où l’instinctif élan est grave comme un deuil.
Je l’ai lu dans un juste et saisissant recueil:
« La beauté de l’amant n’est qu’au coeur de l’amante »
C’est donc moi qui te fais un excessif accueil !
– Alors, pourquoi ce rare et précis esclavage ?
Mais mon mal est sacré puisque le sort le veut !
Et c’est mon besoin fol comme mon besoin sage
De préférer au monde un seul de tes cheveux !

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Leave a Reply