Poème de l’amour – Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Parce que dès l’enfance et d’instinct tu fus triste,
Dans la cité bruyante ou sous les arbres verts,
Et que tu fus surpris qu’on souffre, et qu’on persiste
À souffrir, brave et lâche, en un morne univers;

Parce que la gaîté ne fut sur ta personne
Que le manteau lustré d’un fuyant carnaval,
Et qu’un sonore ennui en ton âme résonne,
Ton coeur hostile et pur est de mon coeur l’égal.

Mais malgré cette étrange et noble ressemblance,
Nous nous sentons divers, lointains, dépossédés.
À quoi m’a donc servi ma suave puissance ?
J’ai disposé du monde et je ne puis t’aider !

– Que faire si vraiment le destin se refuse,
(Tandis que ta langueur recherche un calme oubli)
À t’imposer, plus tendre et reposant qu’un lit,
Mon coeur qui s’affermit en même temps qu’il s’use…

Poème de l’amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Leave a Reply