Complainte amoureuse – Alphonse Allais 2


Oui dès l’instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l’amour qu’en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que je vous visse
Fallait-il que vous me plussiez
Qu’ingénument je vous le disse
Qu’avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu’enfin je m’opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m’assassinassiez

Complainte amoureuse
Poèmes de Alphonse Allais

Citations de Alphonse Allais



2 thoughts on “Complainte amoureuse – Alphonse Allais

  1. Reply cochonfucius Oct 24, 2013 1:52

    Comme je vous avais souri,
    Au grand galop vous accourûtes.
    Un peu de vin je vous offris
    Que bien rapidement vous bûtes,
    Et dans cet état un peu gris
    Certainement vous vous complûtes.

    Puis dans le fin fond de Paris,
    Regagner vos quartiers vous dûtes.
    Aux alentours de mon abri,
    Jamais plus en vue vous ne fûtes.

    Donc le sort fit que j’abrégeasse,
    Que plus vous ne m’accostassiez,
    Sans que trop je m’en inquiétasse,
    Non que vous m’indifférassiez…

  2. Reply Owen Juin 10, 2017 7:24

    Entertain at parties and help guests get to know each other. http://studentki-pitera.ru From Sense: CommonSense Tracker turns your phone into an advanced self-tracking device.

Leave a Reply