Stavelot – Guillaume Apollinaire 1


O mon coeur j’ai connu la triste et belle joie
D’être trahi d’amour et de l’aimer encore
O mon coeur mon orgueil je sais je suis le roi
Le roi que n’aime point la belle aux cheveux d’or

Rien n’a dit ma douleur à la belle qui dort
Pour moi je me sens fort mais j’ai pitié de toi
O mon coeur étonné triste jusqu’à la mort
J’ai promené ma rage en les soirs blancs et froids

Je suis un roi qui n’est pas sûr d’avoir du pain
Sans pleurer j’ai vu fuir mes rêves en déroute
Mes rêves aux yeux doux au visage poupin

Pour consoler ma gloire un vent a dit Ecoute
Elève-toi toujours. Ils te montrent la route
Les squelettes de doigts terminant les sapins

Stavelot
Poèmes de Guillaume Apollinaire

Citations de Guillaume Apollinaire



One comment on “Stavelot – Guillaume Apollinaire

  1. Reply Cochonfucius Nov 9, 2013 10:40

    Le roi qui trop aimait son savoir sans saveur
    Sourit en recevant cette carte lancée
    Dans son courrier par la dame de ses pensées.
    S’il ne croit mériter une telle faveur,

    Il est réconforté d’une telle ferveur
    Et que se continue l’histoire commencée.
    Si son âme parfois est décontenancée,
    Si son esprit soudain en est rendu rêveur,

    Il suivra malgré tout l’aventureux chemin
    Qui va de chaque jour à chaque lendemain,
    Il suivra le tracé d’une absence de route,

    S’arrêtant pour dormir à l’ombre d’un buisson
    A l’heure où la forêt ne produit aucun son :
    Mais il entend celui de son coeur en déroute.

Leave a Reply