Réconciliées – Renée Vivien


Mon éternel amour, te voici revenue.

Voici contre ma chair, ta chair brûlante et nue.

Et je t’aime, et j’ai tout pardonné, tout compris ;

Tu m’as enfin rendu ce que tu m’avais pris.

J’oublie en tes doux bras qu’il fut des jours haïs,

Que tu m’abandonnas et que tu me trahis.

Qu’importe si jadis le caprice des heures

Sut t’entraîner vers les amours inférieures ?

Qu’importe un être vil ? Son nom soit effacé !

Je ne me souviens plus de ce mauvais passé.

Je ne me souviens plus que de ta face pâle

Lorsque tu fis le don suprême, dans un râle

Et voici, comme hier, ton corps entre mes bras.

Ordonne, je ferai tout ce que tu voudras.

Comment ne point bannir toute ancienne querelle

Et ne point pardonner, en te voyant si belle ?

Comment ne pas t’étreindre et ne pas abolir

Le souci, l’amertume et le long souvenir,

Et n’aimer point la nuit qui voit nos chairs liées,

Et mourantes d’amour et réconciliées ?

Réconciliées
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien



Leave a Reply