Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage – Joachim Du Bellay 1


Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Poèmes de Joachim Du Bellay

Citations de Joachim Du Bellay



One comment on “Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage – Joachim Du Bellay

  1. Reply cochonfucius Oct 24, 2013 2:10

    Heureux qui, comme une huître, oncques ne fait voyage,
    Et n’a plume sur soi, pelage ni toison,
    Et n’ayant de cerveau est pleine de raison
    Qu’elle use oisivement tout au long de son âge.

    Car les huîtres n’ont pas de bourg ni de village,
    N’allument cheminée en aucune saison,
    N’habitent aucun clos ni aucune maison,
    Ni aucune province ou fief, place ou baillage.

    Plus leur plaît leur séjour au couvercle ingénieux
    Que des logis humains le style prétentieux,
    Plus leur calcaire dur qu’architecture fine,

    Plus l’île d’Oléron que le Quartier Latin,
    Plus leur silence frais que tous nos baratins,
    Et plus leur lieu marin qu’une boîte à sardines.

Leave a Reply