Les Loups et les Brebis – Jean de La Fontaine 1


Après mille ans et plus de guerre déclarée,
Les loups firent la paix avecque les brebis.
C’était apparemment le bien des deux partis ;
Car si les loups mangeaient mainte bête égarée,
Les bergers de leur peau se faisaient maints habits.
Jamais de liberté, ni pour les pâturages,
Ni d’autre part pour les carnages :
Ils ne pouvaient jouir qu’en tremblant de leurs biens.
La paix se conclut donc : on donne des otages :
Les loups, leurs louveteaux ; et les brebis, leurs chiens.
L’échange en étant fait aux formes ordinaires,
Et réglé par des commissaires,
Au bout de quelque temps que messieurs les louvats
Se virent loups parfaits et friands de tuerie,
Ils vous prennent le temps que dans la bergerie
Messieurs les bergers n’étaient pas,
Étranglent la moitié des agneaux les plus gras,
Les emportent aux dents, dans les bois se retirent.
Ils avaient averti leurs gens secrètement.
Les chiens, qui, sur leur foi, reposaient sûrement,
Furent étranglés en dormant :
Cela fut sitôt fait qu’à peine ils le sentirent.
Tout fut mis en morceaux ; un seul n’en échappa.
Nous pouvons conclure de là
Qu’il faut faire aux méchants guerre continuelle.
La paix est fort bonne de soi ;
J’en conviens ; mais de quoi sert-elle
Avec des ennemis sans foi ?

Les Loups et les Brebis
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine



One comment on “Les Loups et les Brebis – Jean de La Fontaine

  1. Reply dicocitations Oct 17, 2009 10:30

    Commentaires et observations diverses de MNS Guillon sur les fables de La Fontaine… – 1803.
    (1) Avecque ainsi écrit, n'est plus en usage qu'en poésie , où même il a vieilli.
    (2) Louvats. Louveteaux, jeunes Loups.
    (3) Les emportent aux dents. Expression hardie que je n'ose-rois censurer qu'en la regrettant. Entre leurs dents seroit plus exact, mais foible.
    Voici l'application que Démosthène fit de cet apologue,"Alexandre, au rapport de Plutarque, envoya sommer les Athéniens de lui remettre entre les mains dix de leurs orateurs. Démosthène conta au peuple d'Athène la fable des Brebis et des Loups , qui demandèrent une fois aux Brebis que pour avoir la paix avec eux , elles livrassent entre leurs mains les mâtins qui les gardoient : en com parant lui et ses compagnons, travaillant pour le bien du peuple, aux Chiens qui gardent les troupeaux de Moutons, et appelant Alexandre le Loup. (Trad. d'Amyot.) Lors de la seconde Assemblée législative en France (en 1791), les deux partis qui la divisoient s'étant réunis dans un moment d'enthousiasme, sous la promesse solennelle d'abjurer leurs animosités et leurs haines, le roi Louis XVI s'y rendit le soir de ce jour-là même, accompagné de ses ministres, pour signer ce nouveau traité de paix, et confondre ses sermens dans ceux de l'Assemblée, dont l'unanimité offrit en ce moment le plus bel exemple à la France, déchirée dès-lors par tant de factions. Le lendemain, les murs de la capitale se trouvèrent tapissés d'affiches qui portaient cette fable de La fontaine. La paix des Loups avec les Brebis ne dura pas même un jour ; et la journée du 20 juin , qui suivit bientôt après, vit commencer la longue agonie du Berger.

Leave a Reply